Accueil site Voyages Autres mondes Informations



Autres mondes

Monde intérieur

Le cri 
 
Introduction
Le poète
Notre monde
  La cour des miracles
  Le château
  Les ouvriers
  Le matin
  la fête
  Le premier mai
  L'ivrogne
  L'art mé
  Le vieux militaire
  Le charbonnier
  La bourgeoise
  Le cormoran
  Le papillon
  Le maître
  Le prophète
  Le révolté
  Théorie des tâches
  Affiches
  Reflets
  Réalité imaginée
Monde 2D
  La pieuve
Monde intérieur
  La pensée
  Le Gardien
  Le cri
  La tour de Babel
  Les anciens dieux
  Le casque du démon
Ailleurs
  Monde joli
  Alien
  Monde minéral
  Monde rouge
  Formes spirituelles
  Esprit
 
Il avançait convulsivement sur une route aux lignes fuyantes, tournant le dos à une étendue d'eau d'un bleu sombre. Au détour du chemin (la route était devenue un chemin cahoteux), il ne put se contenter de la parole, moins encore d'un murmure. Il lui fallait cet acte par lequel l'homme se délivre d'une angoisse profonde qui vient d'une source indistincte, moins analysable que la pensée et qui échappe à la logique du langage articulé : le cri.

Le cri proféré par ce personnage en proie à l'on ne sait quelle terreur, avait une résonnance plus profonde, plus ancienne que l'humanité. Une peur atavique, une peur sans limite paralysait le personnage désarticulé devant cette horreur immonde, sans nom qu'il venait d'apercevoir devant lui dans ce chemin inconnu.

A ce moment précis, la lune gibeuse projeta une lueur blafarde
Une douleur intolérable envahit son cerveau exposé à cette vision inhumaine, ses jambes se dérobèrent sous lui, il tomba sans connaissance sur le sol, soulevant un nuage de poussière. Cette poussière monta aux cieux et cacha un instant cette lune irréelle d'une nuit de cauchemar. Il sombra dans une nuit profonde ouverte sur un gouffre béant. Il tombait sans que rien ne lui indique sa chute si ce n'est cette impression de vertige, de chute interminable. Il flottait dans le noir devenu matière gluante qui l'enveloppait. Cette matière devint tellement dense qu'elle l'arrêta dans sa chute ...

Sa chute lui avait semblé durer une éternité. Il se retrouva dans un couloir au pied d'un escalier séculaire où une clarté diffuse permettait de déceler un détail : toutes les marches, les parois étaient recouvertes de peau de crocodile. Il régnait à cet endroit un silence incommensurable, il comprit que tous les bruits s'étaient évanouis dans l'éternité. Il était piégé dans ce couloir du temps devant un escalier infini ...

© Site Burama avril 2020 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.